Le carrossier Hatty découpe une cabine d’Arocs pour en faire un… porte-fer

Le porte-fer n’est pas monnaie courante. Et rares sont les carrossiers qui savent imaginer et produire ce type de carrosserie indispensable pour celui qui livre des barres de fer ou des poteaux en matériaux divers. Et pour qui une semi-remorque est une contrainte pour livrer en ville ou dans des zones où l’urbanisation rend les chaussées étroites.

Hatty, carrossier installé à Vonnas dans l’Ain (01), bourgade bien connue pour sa gastronomie, depuis plus de cinquante ans, est l’un des spécialistes français de la chose. A son actif, outre un leadership reconnu dans le domaine des camions d’embouteillage, de nombreuses et multiples découpes de cabines… Mais c’est la première fois qu’il œuvre sur un Mercedes-Benz Arocs. Et découper une cabine n’est pas une tâche facile : l’opération doit être faite en collaboration étroite avec le constructeur qui doit, in fine, garantir l’intégrité du camion et son bon fonctionnement en le couvrant de sa garantie comme un produit d’origine malgré l’ablation de quelques morceaux et accessoires. Les modifications sont nombreuses mais l’ensemble des systèmes de sécurité, le pare-brise ou encore le refroidissement de la mécanique et des accessoires reste donc identique à l’Arocs « nature » sortant de chaînes.

Actros porte fer 2546 Hatty

Un Arocs 2546 adapté et prêt à l’emploi

Au final, l’Arocs destiné à un client aveyronnais a fière allure ! A bord, le conducteur retrouvera, malgré une cabine type ClassicSpace d’origine en 2,3 m de large à tunnel moteur de 320 mm mais réduite ici de 650 mm en largeur, l’ensemble de ce qui fait les qualités de ce camion. Et, finalement, une cabine au volume assez conséquent mais qui ne peut plus accueillir qu’une seule personne. Pour la conduite, rien ne change, si ce n’est les rétroviseurs côté passager, logiquement déportés sur un cadre métallique mais offrant la même vision que ceux proposés sur un camion « normal ».

Pour son métier, cet Arocs est logiquement doté d’un empattement « XXL », en l’occurrence de 5 100 mm de long (au premier essieu), le plus important disponible au catalogue, et ici doté de trois essieux, le postérieur étant directeur. De quoi assurer son aisance en ville malgré ces mensurations nécessaires et indispensables pour accueillir sans souci des barres ou poteaux de plus de 15 mètres de long, le châssis originel mensurant 10,79 m de long à lui tout seul !

Au bas de son unique porte, notre Arocs arbore le sigle « 2546 », ce qui signifie qu’il est équipé d’un bloc 6 cylindres en ligne de type OM 470 d’une cylindrée de 10,7 litres et développant 335 kW/455 chevaux pour un couple de 2 200 Nm au régime de 1 100 tr/mn. De quoi avaler sans souci les routes au profil tourmenté de sa future région d’adoption, l’Aveyron.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES