L’impact environnemental du lavage auto

Le 25 février dernier, la visite du député Vincent Thiébaut a été une opportunité pour Eléphant Bleu de faire entendre ses messages. Ils appellent à une prise de conscience sur l’empreinte environnementale de la mobilité. La captation des polluants par le nettoyage des véhicules rend le rôle des centres de lavage indispensable dans la protection des nappes phréatiques.

En assumant une partie de l’obligation collective de préserver nos ressources en eau, le lavage automobile en station prend une dimension sociétale impérative. Elle est inhérente au fondement même du concept de lavage Eléphant Bleu et des équipements développés par le groupe Hypromat.

« L’enquête de l’INSEE sur les déplacements domicile-travail nous confirme que la voiture est durablement ancrée dans nos vies. 3 Français sur 4 utilisent leur voiture pour aller travailler. Seuls 16% empruntent les transports en commun, hors covoiturage. Sa capacité de mobilité rend la voiture essentielle à un contrat social en facilitant l’inclusion. L’urgence est d’assurer et contrôler l’empreinte environnementale de la mobilité, chacun à son niveau. Le lavage professionnel est un levier et un outil en agissant en dépollueur de la mobilité tout en restituant 95% de l’eau utilisée. La branche métier lavage Mobilians estime à 92 500 tonnes le volume de polluants généré par le parc français, de 43 millions d’automobiles. Le réseau de 460 centres Eléphant Bleu en captent 2 800 tonnes »Yves Brouchet, Directeur Général d’Hypromat.

« La politique territoriale de l’eau que je mène suit 3 orientations : l’économie de la ressource, la réduction de la pollution des nappes phréatiques, l’information et la pédagogie pour développer les bons usages et combattre les idées reçues. Le lavage automobile est aligné sur chacun de ces axes et la visite guidée du centre Eléphant Bleu m’en fait prendre conscience. Je ne soupçonnais pas sa portée au regard de la quantité de polluants concernés, ni ne considérais les aspects sécurité et confort qui ne sont pas neutres. Je porte également dorénavant un nouveau regard sur la consommation d’eau des centres de lavage. Dotés d’un système de récupération d’eau qui la restitue pré-traitée, ils fonctionnent dans une logique d’économie circulaire compatible avec la nécessité impérative d’optimiser la consommation d’eau »,Vincent Thiebaut, Député du Bas-Rhin.

Facebook
Twitter
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

LES DERNIERS ARTICLES

RECHERCHE D’ARTICLES